Seuil Groupe » À Toulouse, le Groupe Seuil veut construire plus vert

26 octobre 2021

À Toulouse, le Groupe Seuil veut construire plus vert

Lors de la dernière conférence de presse, Leslie et Philippe Gonçalves, architectes et cofondateurs du Groupe Seuil, expliquent leur champ d’action avec la création de deux entités dédiées à l’ingénierie et à la promotion immobilière durable.

A Toulouse, on leur connaît plusieurs réalisations en matériaux biosourcés et coconçues : Abricoop, premier programme d’habitat participatif et collaboratif de la ville rose, la tour à 76% bois WoodArt (conçue avec l’architecte Dietrich Untertrifaller), ou encore Aerem, une usine à énergie positive en bois et paille.

« Privilégier une architecture qui limite nos impacts sur l’environnement, travailler de façon collaborative et pratiquer la co-construction, fait déjà partie de notre ADN, mais nous souhaitons désormais accélérer et construire des projets dans leur globalité », explique Leslie Gonçalves, co-fondatrice du Groupe Seuil qui regroupe les entités Seuil architecture, Una ingénierie et Lhab réalisations.

Avec Una ingénierie, on structure ainsi des métiers alternatifs déjà présents à l’agence. Comme l’économie de la construction, l’OPC, le BIM ou le suivi de chantier, qui restent classiques. D’autres, moins répandus, mais de plus en plus recherchés par des collectivités, des aménageurs, des promoteurs, etc. Ils concernent notamment des missions d’assistance à maîtrise d’usage (AMU), des diagnostics de ressources, de réemploi et de valorisation des matériaux, des missions de services grâce à des compétences acquises en matériaux biosourcés et géosourcés.

Du côté de la promotion immobilière le Groupe Seuil porte en propre avec Lhab réalisations un premier projet au sud de Toulouse. « Nous réhabilitons une ancienne magnanerie en six logements passifs. Au programme, écoconstruction, réemploi des matériaux et une conception participative et personnalisée des logements, pour un prix de vente à 3 700 euros/m2, c’est la preuve que l’on peut ne pas toucher au prix de vente du marché en construisant de façon plus vertueuse », résume Philippe Gonçalves.